Image : Oscar Carballo / Buenos Aires, 2021

Arturo Prins Fantômes, sortilèges et trahisons Amanauz : la physionomie du passé.

Arturo Prins Fantômes, sortilèges et trahisons – Amanauz : la physionomie du passé

Prins, agité, se rend en Europe en espérant une chance insaisissable. On peut dire que même dans un état de profonde frustration intellectuelle, tout nouvel architecte – à cette époque et peut-être
dans n’importe quel autre –, j’aurais fait la même chose. Sous la carapace de ce rêve fantastique, il entreprend une tâche sans précédent : couvrir sa confusion fatale par des connaissances académiques.

William Blake - Les rencontres spirituelles du modernisme anglais - Percevoir le tigre invisible

William Blake – Les rencontres spirituelles du modernisme anglais – Percevoir le tigre invisible

William Blake revient à Michel-Ange, à son expression maniériste, à la disproportion et à l'intellect en lutte mentale avec les passions. Ses dessins deviennent infernaux et symboliques ; désespéré, une intensité qui pourrait effrayer n'importe qui sans méfiance, mais pas Johann Füssli, un peintre préromantique auprès duquel il a appris l'art du dessin et une expressivité onirique d'une énorme complexité et surtout, hors du temps pour son époque.

Bruno Latour : L'invention cubaine de Lukács : la vie comme complexe primaire

Bruno Latour – L'invention cubaine. Lukács : la vie comme complexe primaire

Concevoir un objet, c'est aussi repenser l'éducation elle-même, la vie sociale et surtout une manière de penser et de résoudre les problèmes de la vie quotidienne. Il ne s’agit plus de l’objet inexplicable entre les mains du scientifique mais plutôt d’une nouvelle mise en scène sociale des anciennes formes d’intellection sur terre.

Piet Mondrián - L'objet assentiment; géométrie théosophique

Piet Mondrián – L'objet assentiment ; géométrie théosophique

À partir de 1914, Mondrián se veut définitivement abstrait. Mais lors de son deuxième séjour à Paris – entre 1921 et 1930 – il établit un champ de restrictions différent : grâce à une géométrie instrumentale encore plus précise, il étudie des structures dont la fidélité pourrait relier les opposés fondamentaux que Steiner répétait : matière inerte contre esprit agité.

Roald Dahl - Réécrire l'enfance - Maupassant et la morale publique

Roald Dahl – Réécrire l'enfance – Maupassant et la morale publique

La coutume, en fin de compte le modèle où la société distingue ses propres limites et sa portée, n'est pas une affaire d'art. Ils devraient encore moins inclure leur vertu. L'art ne corrige aucune morale. Ni l’un ni l’autre n’est honnête ni juste ; Il désigne son discours comme une circonlocution, un espace pour présenter l'envers des choses, les connexions et les circuits définitivement cachés sous l'opacité de ce que la société interdit mais permet sournoisement.

Hayao Miyazaki - Mono no Aware : Transit et finitude de la beauté

Hayao Miyazaki – Mono no Aware : Transit et finitude de la beauté

Miyazaki semble peindre ses projets comme des estampes du XVIIIe siècle : il devient à la fois graveur, coloriste et imprimeur. C'est pourquoi il s'énerve; peut-être est-il ému par le détail éphémère des gestes, des comportements circonstanciels et des mouvements du corps en perpétuel changement. L'impermanence repousse enfin la fugacité de ses dessins : en devenant film, rien ne pourra jamais être corrigé ; ni mourir.

Pablo Katchadjian - Chroniques Messianiques

Pablo Katchadjian – Chroniques messianiques – Peter Sloterdijk et les incubateurs d'élevage

Les contes spirituels de Katchadjian semblent montrer le moment concret où une communauté archaïque, à peine motivée par des voies et des techniques spontanées fondées sur la nécessité, devient une culture du pouvoir. C'est finalement un espace temporel étroit, une sorte d'entonnoir où la soumission spirituelle, de nature généreuse et naïve, relie la nature particulière des sentiments à la maîtrise des dons intellectuels.

Varvara Stepanova - Superheroine, du progrès matérialiste. Les objets moraux de la vie soviétique

Varvara Stepanova - Superhéroïne, du progrès matérialiste. Les objets moraux de la vie soviétique

La sociedad bolchevique instruye activamente a sus artistas: mientras Aleksei Gan se involucra con el Sindicato de Trabajadores de la Alimentación de Moscú, Varvara Stepánova produce diseños para los trajes de los así llamados «oficios técnicos», al fin, un arte accesible y funcional a la révolution; fondamentalement anti-bourgeois et éminemment utilitaire. Et voici sa contribution directe à la révolution bolchevique : Comment habiller la société soviétique ?

Zaha Hadid - Sensualité et crise de l'objet final Les fantasmes de Margaret Cavendish

Zaha Hadid – Sensualité et crise de l'objet final Les fantasmes de Margaret Cavendish

La discussion entre philosophes rationalistes et empiristes est bien connue. Ce qui était en jeu n'était rien de moins que la valeur souveraine de la perception comme fondement de la connaissance. Cependant, Margaret Cavendish, une aristocrate particulière du XVe siècle, a discuté de ce problème dans un petit volume écrit en seulement trois semaines.

Pasolini, Saló et le théorème politique : "Dieu est scandale"

Pasolini, Saló et le théorème politique : "Dieu est le scandale"

Même si au début l'église lit politiquement le film de Pasolini, au bout de peu de temps elle revient sur ses pas pour l'annuler : elle le considère comme immoral ; abject La thèse du sacrifice contemporain – le remplacement de Dieu par de nouvelles divinités telles que la consommation, le confort et la corruption – établit simplement une intolérante provocation politique et théologique.

George Orwell - Mécanique de l'histoire future : l'utopie comme forme du mal

George Orwell - Mécanique de l'histoire future : l'utopie comme forme du mal

Le spectateur ignore que ce qui est réel, ce que nous appelons la réalité, n'est pas nécessairement quelque chose de solide puisqu'il n'y a pas de vérité objective pour l'aborder. La subjectivité, l'expérience et le point de vue produisent un désaccord, un flou qui rend presque impossible la coordination d'une seule perspective.

César Aira L'écriture heureuse L'expérience sans fin

César Aira – L'écriture heureuse L'expérience sans fin

Les histoires d'Aira peuvent être lues comme des intrigues sous des événements logiques - et même des mises en garde - plutôt que comme les fantasmes consommés d'un écrivain imaginatif. Il se considère comme une sorte de surréaliste : son récit, soutenu sans jonglerie par son inconscient amical, conserve la forme classique et technique qui a poussé cette période historique : c'est lui-même qu'il cherche d'abord à expulser de la réalité.

Steven Spielberg - Didactique de la corruption Les ennemis du progrès social

Steven Spielberg – Didactique de la corruption Les ennemis du progrès social

Le mal, tel que nous le connaissons, est la capacité éthique et morale de causer méchamment du mal. Dans ses films, Spielberg l'enseigne de manière concertée et animale, bien que dans le concours de la nature, une telle chose n'existe pas comme fin. Alors qu'un requin met en pièces une femme dans la mer, le maire de la station oblige à cacher l'épisode pour favoriser le début de saison tant attendu.

David Smith - Memento mori. La douleur humaine; les médailles du déshonneur

David Smith – Memento mori. La douleur humaine; les médailles du déshonneur

La ville moderne terrifie sans mesure, les machines, les fluides industriels, les mécanismes que le progrès présente comme irréductibles considèrent aussi un espace inconnaissable que seule la police scientifique est en mesure de démêler : un esprit précis, peut-être logique, mais aussi pervers. Les feuilletons recueillent l'expérience du crime directement dans la rue.

Josué Oppenheimer

Joshua Oppenheimer – The Act of Killing, Brueghel et le chemin du Calvaire

On pourrait penser que les événements que nous observons sont actuels et qu'il n'y a pas de représentation mais la réalité. L'enveloppe documentaire du film ne permet d'élucider la reconstitution historique que sous forme d'épisodes d'une certaine nature, comme si l'on exposait un lapin face à un tigre affamé, pour reconstituer l'attaque d'un puma sur une chèvre sans défense.

Marcel Broodthaers - Ceci n'est pas un objet d'art - La nacre qui occupe le vide

Marcel Broodthaers – Ceci n'est pas un objet d'art – La nacre qui occupe le vide

Sa première exposition est dans une librairie – la Galerie Saint Laurent, à Bruxelles. Cela ne devrait pas être surprenant. Les mots sont la matière incontournable de l'art. Mais le site
vitrines et leurs livres; l'endroit qui part
l'exclusivité de l'écrit comme discours littéraire, semble le mettre à l'abri des représentations que les artistes de l'époque consacraient comme langage : la pop culture et le nouveau réalisme.

Dante l'architecte infernal

Dante – l'architecte infernal Utzon et Jack : l'œuvre inachevée et le génie artistique

L'enfer est une spirale descendante composée de neuf cercles de châtiments exemplaires. Chacun doit être considéré comme un séjour douloureux où l'insouciance fait office de paradigme didactique et suspend la rédemption. Qui accompagne Dante, c'est Virgilio, un poète. Le premier anneau est un limbe où les païens sont écartés, ceux qui ont vécu sans signification comme des indifférents.